Extrait 3 Extrait 2 Extrait 1 RetourLe café était maintenant presque entièrement passé , Caroline s'affairait doucement, Gilles la regardait, plus ému que ne le méritait cette activité domestique bien ordinaire. « D'accord, dit-il, je ne vous comprends pas complètement, mais je sens qu'il y a quelque chose là-derrière, quelque chose à comprendre ! » « Et quelque chose à partager vous et moi », ajouta-t-il perfidement, sachant les femmes souvent sensibles à ce genre d'argument ! Il aimait bien plaire, Gilles ! C'était compter sans la maîtrise de Caroline ! Elle avait tout de même assez vécu, et assez vu d'hommes faire de la séduction envers elle, pour avoir entendu beaucoup de choses de ce genre ! Et elle détestait ne pas avoir le contrôle des événements, Caroline ! Elle considérait que les rapports, même amoureux, entre deux êtres devaient toujours rester sous contrôle et sous SON contrôle ! Et a fortiori quand les rapports n'étaient pas amoureux, ni même emplis de la moindre émotion ! C'est qu'elle s'était bien reprise, depuis la conversation, troublante certes, mais à son idée irréelle, qu'elle avait eue avec Gilles depuis le téléphone de sa voiture ! Elle lui renvoya un sourire moqueur : « et pourquoi donc partagerions-nous quelque chose, vous et moi ? » « Parce que c'est notre immeuble, Caroline, nous partageons déjà cela ! Et beaucoup plus que vous ne l'imaginez, je vous raconterai, moi aussi ! » Elle resta un instant sans savoir quoi répondre : « un point partout, pensa-t-elle, mais je l'aurai. C'est moi la plus forte ! Toujours ! » « Ou êtes-vous ? » dit-elle à Gilles qui avait l'air parti dans ses pensées. Il redescendit sur terre. Ou était-il ? « Très simple, pensa-t-il, elle me plaît vraiment, cette femme-là. » Ils se regardèrent quelques précieuses secondes, un sourire vola de l'un à l'autre. « Parle-moi, Caroline, j'ai des choses à te dire » , murmura Gilles presque pour lui-même. Caroline sursauta : « vous avez lu ce livre ? Moi j'ai aimé. Il est tellement important de se comprendre, enfin, je trouve ... ». Sa parole se bloqua brusquement et, à cet instant, elle sut qu'elle l'aimait, qu'elle ne se trouverait plus jamais bien qu'avec ce grand type aux yeux clairs, qui la regardait avec un air un peu narquois et complice, comme s'ils venaient de faire une bonne farce tous les deux ! « Le café est prêt, réussit-t-elle à articuler. »
© Noelle - La Barre Franche
Chercher dans le site ...
Nous contacter ...
La Barre Franche La Barre FrancheCourriel : cliquez ici ... Tél. : 02 53 92 85 71
Contactez-nous :